La cité Dolente

En dialoguant avec La divine comédie de Dante, Laure Gauthier réinvente l’Enfer  à partir du récit poétique d’un vieil homme anonyme qui s’enferme  volontairement dans un hospice.

 

 

 

 

 

 


S’éloigne lentement l’enfant qui ne court jamais, l’un de ces rares êtres à ne pas se contempler dans les vitrines des magasins ; pas besoin d’être devin pour deviner sa silhouette quand je vois ses paupières fixant le bitume, fermées pour éviter le miroir des flaques.

Il s’éloigne vers le parvis de la cathédrale trop visitée, on l’oblige à poser devant le tympan, il grimace d’une haine de soi comme d’autres répondent aux pompiers assis au bord du vide, sourient, les jambes ballantes : le bitume plus tentant que vingt ans de vie.