Juin sur avril

Inspiré d’une scène de Nouvelles Impressions d’Afrique de Raymond Roussel, Juin sur Avril se joue à l’intérieur de The Flux and The Puddle, une sculpture de David Altmejd. Le livre engage un dialogue poétique avec quelques oeuvres d’art du 19e au 21e siècle, avec la littérature, la musique post-rock/métal et les sciences. Y sont abordés l’univers comme donnée physique, certaines avancées en neurosciences, le savoir astrologique, l’exigence de l’amour et le désir sexuel, éros comme possibilité et juge du bonheur, la primauté de la beauté et l’échelle des valeurs, les micro-métamorphoses infinies, l’avancée de l’âge, la destination et la finalité de ma vie. 

Lecture de Juin sur avril par Elke de Rijke

 


 

 

soirs de chute

Dans le ciel

 

rayonnant dans toutes les directions du 19 avril 

les branches plient vers le bas

tombées plus rapidement que la prise de conscience.

 

Des miroitements en teintes changeantes

seulement visibles en avril

 

des profondeurs sur des étages d’étoiles.

 

 

La douceur atmosphérique recouvre mon immense déception.

 

 Ton cœur est troué comme le corail

et cela malgré nos fiançailles au milieu de la mer verte.

 

 

 

Tout m’indique de ne plus t’attendre,

l’apprentissage au début de ma nuit me dit au plus radial de ne 

plus attendre