Exodes (2017) d’Urszula Kozioł évoque un monde dans lequel l’homme et la nature s’opposent dans une tension entre émerveillement et inquiétude. Poésie témoignage qui parle des catastrophes, des désastres elle porte un regard clairvoyant mais non dénué d’humour sur les problèmes et les tensions de la société polonaise, et même occidentale.

 

 

 

14 euros


 

Chanson de la mal aimée

 

N’être pas aimée depuis le matin même

n’être pas aimée de nuit depuis minuit

n’être pas aimée éveillée et en songe

pas aimée après la mort dans nulle part et dans pas ici

 

à quoi bon ouvrir les yeux et à quoi bon s’endormir

s’éveiller pour personne

n’apparaître dans le rêve de personne

ne pas s’approcher de la fenêtre

ne pas sortir en courant dans l’escalier

à la rencontre de celui que l’on désire

 

ne pas approcher du miroir arranger ses cheveux

ne pas attendre de lettres puisque

il n’y a personne pour les écrire

 

celui qu’elle a chéri s’est déjà transformé en ombre

celui qui l’a aimée

dort sous une pierre froide