Vache enragée

Ce premier recueil de poèmes de Nathan Trantraal écrit en kaaps, dialecte
afrikaans parlé majoritairement par les « métis » des classes populaires du Cap qu’il revendique comme une langue à part entière, présente au lecteur la dure réalité de la vie dans les townships des Cape Flats. Les poèmes racon­tent : pauvreté, consommation de drogue, activités de gangs, sexe, etc.

Trantraal ne rend pas la vie belle et précieuse : les familles dont il parle vivent des expériences que les autres ne lisent que dans les journaux. Mais s’y mêlent aussi des références à Kafka et Vermeer, pour dire que la vie et l’art sont plus grands que les Cape Flats.

 

 

16 euros


Préface

Nous, notre vache enragée, c’est des tartines de beurre de cacahuète avec de la confiture.

C’est la première et dernière fois que j’m’explique là-d’ssus.

Après viens pas m’faire chier avec tes questions, écoute bien :

l’histoire, si tu suis pas, c’est qu’elle est pas pour toi

nous, on a vécu pendant deux ans de tartines de beurre de cacahuète avec de la confiture et de thé fadasse.