Le point de voir

Le point de voir n’est pas le point de vue. Il en est même l’avers intelligent, lucide, ironique, sentimental enfin, tout ce qui compose une fiction vraie ponctuée de souvenirs précis. Un livre qui dresse une cartographie de tous les affects.

 

Le point de voir : une cartographie. On y croise la mémoire d’une 404 break, les toilettes du Meurisse, la traduction d’un menu à Potsdam, une épitaphe, un vieux chameau désossé, un double, un Docteur improbable qui donne des conseils, trois jeunes filles sur la plage du Racou.

Et le tout fait un roman.

 


 

Veille. 5

 

au jardin des Tuileries, Lady B. & le Dr D. se saluèrent autour d’une barbe à papa

rose et noire : les commodités tendancieusement vulgaires du Meurice* n’étaient qu’à 2 pas :

au bar deux vieux requins au swing élimé tentaient de jouer pour personne – enfin.

la pucelle dorée n’était qu’à 2 pas – si fière de son socle solitaire et luisant – enfin une bergère 

qui ne finirait pas dame-pipi ! 

un jour peut-être elle baptiserait son fils du nom d’Adolf :

elle avait cru entendre murmurer que Gilles avait mauvaise réputation :

Lady B. et le Dr D. continuèrent à déambuler au rythme lent de l’Histoire – à deux pas de là

 

*Meurice : hôtel