Collection « Ailleurs est aujourd'hui »

L’appel de la mère, de l’amante et le monde se dissout, les années passent. Les arbres, la lumière, le fleuve sont toujours présents, magnifiques. Un jour, la guerre au loin, mais les saisons se succèdent « les vents de la mer poussent les rideaux », « fleurs d’orangers brume sur les hauteurs » les travaux et les plaisirs simples de la vie, recevoir des amies, apporter un panier de raisins, continuent. Souvenirs ou prières, le texte de Mounir Debs évoque un Liban sublimé, mythique, plus fort que « les cavaliers errants », habité par la figure immuable de la femme.

 


 

« et / toi

tu es là

sur le petit chemin

tu m’appelles

on entend au loin/ l’écho du canon

les gens du village/ se cachent

et/

tu es là

debout au soleil

sur le petit chemin

tu m’apportes

un panier de raisins »